Alors que l’Afghanistan tombe, qu’est-ce que cela signifie pour le Moyen-Orient ?

MELBOURNE : Au XIXe siècle, l’expression « Le Grand Jeu » était utilisée pour décrire la compétition pour le pouvoir et l’influence en Afghanistan et dans les territoires voisins d’Asie centrale et du Sud, entre les empires britannique et russe.
Aucune des deux parties n’a prévalu dans ce qui est devenu le « cimetière des empires ».
Deux siècles plus tard, une superpuissance américaine s’est souvenue d’une réalité similaire.
La débâcle de l’Afghanistan, au cours de laquelle une armée afghane de 300 000 hommes entraînés et équipés par les États-Unis s’est effondrée en quelques heures, rappelle les limites de la puissance américaine dans le Moyen-Orient élargi.
Le président américain Joe Biden subit peut-être les critiques les plus sévères pour un retrait exécuté de manière désastreuse. Mais il y a beaucoup de reproches à faire, remontant à la décision malheureuse initiale de « construire une nation » un pays qui a résisté aux ingérences extérieures pendant des milliers d’années.
Après la chute de Kaboul et le retrait précipité des États-Unis d’un pays sur lequel ils avaient dilapidé 1 000 milliards de dollars, la question demeure : quel avenir pour le Moyen-Orient ?
C’est une question dont l’arc s’étend du Maroc à l’ouest au Pakistan à l’est, de la Turquie au nord jusqu’au Golfe et à travers la Corne de l’Afrique.
Chaque recoin du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord sera touché d’une manière ou d’une autre par l’échec de l’autorité américaine en Afghanistan, la plus longue guerre de son histoire.
Le calcul de l’Amérique est également partagé par ses alliés de l’OTAN et des pays comme l’Australie. La participation inconsidérée de l’Australie à un engagement à durée indéterminée envers l’Afghanistan devrait attirer la censure.
Un nouveau Saïgon ?
Inévitablement, des comparaisons sont faites entre le retrait paniqué de l’Amérique de Kaboul et des scènes similaires à Saigon, il y a 46 ans.
À certains égards, la situation afghane est plus préoccupante parce qu’une grande partie du Moyen-Orient risque de sombrer dans le chaos.
La défaite de l’armée sud-vietnamienne en 1975 a peut-être influencé les développements dans les États voisins d’Indochine, mais les retombées ont été largement contenues.
L’Afghanistan est différent dans le sens où, alors que la crédibilité et la confiance en soi de l’Amérique ont été ébranlées au Vietnam, il est resté la force militaire dominante dans le Pacifique occidental avant la montée en puissance de la Chine.
Au Moyen-Orient, un Washington diminué – dans lequel la confiance dans sa capacité à respecter ses engagements a été ébranlée, voire brisée – verra que son autorité sera très remise en question.
Cela arrive à un moment où la Chine et la Russie testent la détermination américaine à l’échelle mondiale. Dans la région même, la Turquie et l’Iran cherchent déjà à combler un vide mis à nu par un échec américain.
Pékin et Moscou, pour leurs propres raisons, s’intéressent à l’avenir de l’Afghanistan. Pour la Chine, cela va au-delà du simple partage d’une frontière, tandis que pour la Russie, il s’agit de préoccupations historiques concernant l’extrémisme afghan qui infecte ses propres populations musulmanes et celles des États-nations à sa périphérie.
Récemment, la Chine a cultivé des dirigeants talibans. Son ministre des Affaires étrangères Wang Yi a tenu une réunion très médiatisée avec le chef politique des talibans afghans le mollah Abdul Ghani Baradar le mois dernier.
Ensuite, il y a le Pakistan, qui a soutenu les talibans à la fois secrètement et ouvertement au fil des ans. Islamabad verra dans le malaise extrême américain des opportunités pour lui-même d’assumer un rôle régional plus important.
Cela ne doit pas oublier les liens étroits du Pakistan avec la Chine et ses relations conflictuelles avec les États-Unis.
En Afghanistan même, les talibans pourraient être à la hauteur de leurs engagements qu’ils ont changé et qu’ils chercheront à établir une règle de consensus dans un pays déchiré par des divisions ethniques et tribales sanglantes.
Étant donné les premières indications de représailles brutales des talibans contre leurs ennemis et la réaction de panique de la population afghane choquée par les obus, il faudrait un acte de foi pour croire que beaucoup de choses ont changé.
Quelles implications cela aura-t-il au Moyen-Orient ?
Les franchises d’Al-Qaïda et de l’État islamique seront-elles autorisées à se réinstaller dans un Afghanistan contrôlé par les talibans ? Les talibans réapparaîtront-ils en tant qu’État sponsor du terrorisme ? Continuera-t-elle à permettre à l’Afghanistan d’être utilisé comme un jardin maraîcher géant dans le commerce de l’opium ?
En d’autres termes, les talibans vont-ils changer leurs habitudes et se comporter de manière à ne pas constituer une menace pour leurs voisins, et plus généralement pour la région ?
Du point de vue de l’Amérique, sa sortie d’Afghanistan laisse ses tentatives de donner vie à l’accord nucléaire avec l’Iran comme sa principale affaire inachevée au Moyen-Orient – ​​si nous mettons de côté le différend apparemment insoluble israélo-palestinien.
Les tentatives pour relancer le Plan d’action global conjoint (JCPOA) ont constitué la pierre angulaire des efforts de l’administration Biden pour s’engager de manière plus constructive au Moyen-Orient.
Les progrès ont faibli. L’élection d’un nouveau président iranien pur et dur complique encore les efforts pour parvenir à un compromis. Le fait de ne pas ressusciter le JCPOA, abandonné par le président Donald Trump, ajoutera une nouvelle couche d’incertitude – et de risque – aux calculs du Moyen-Orient.
Il n’y aura pas eu de partie plus intéressée par les développements dans l’Afghanistan voisin que les dirigeants de Téhéran. Les relations de l’Iran avec les talibans ont été parfois tendues, parfois coopératives, étant donné l’inquiétude à Téhéran face aux mauvais traitements infligés à la population chiite afghane.
L’Iran chiite et les talibans fondamentalistes sunnites ne sont pas des partenaires naturels.
Plus loin, les derniers développements en Afghanistan retiendront l’attention des États du Golfe. Le Qatar a fourni un refuge diplomatique aux talibans lors des pourparlers de paix avec le gouvernement vaincu de Ghani. Cette initiative de paix, sous les auspices des États-Unis, s’avère désormais avoir été un repoussoir aux ambitions des talibans de revenir au pouvoir à part entière.
Comment un observateur raisonnable aurait pu croire le contraire est déconcertant.
L’Arabie saoudite sera perturbée par les développements de ces derniers jours car il n’est pas dans l’intérêt de Riyad que l’autorité américaine dans la région soit sapée. Mais les Saoudiens ont leurs propres liens de longue date avec les talibans.
Dans la politique étrangère de l’Arabie saoudite, l’Afghanistan n’est pas un jeu à somme nulle.
Plus généralement, le coup porté à la position américaine dans la région sera inquiétant pour ses alliés arabes modérés. Cela comprend l’Égypte et la Jordanie. Pour les deux, avec leurs propres versions des talibans tapi dans l’ombre, les événements en Afghanistan ne sont pas une bonne nouvelle.
Le succès des talibans en Afghanistan aura également des implications pour le coin le plus combustible du Moyen-Orient. En Irak et dans certaines parties de la Syrie où les États-Unis maintiennent une présence militaire, la sortie américaine sera déstabilisante.
Au Liban, qui est devenu à toutes fins utiles un État défaillant, la débâcle afghane ajoutera à la morosité.
Israël calculera les implications du revers subi par son principal allié. L’instabilité accrue au Moyen-Orient ne semble pas être à l’avantage d’Israël.
Dans cette prochaine phase, l’Amérique se retirera sans aucun doute de tous ses engagements au Moyen-Orient, sauf les plus urgents. Ce sera l’occasion pour elle de réfléchir aux leçons qui pourraient être tirées de la douloureuse expérience afghane.
Une leçon qui devrait être primordiale en ce qui concerne l’Amérique et ses alliés : la lutte contre les guerres d’« États défaillants » est une proposition perdante.
Source : La conversation

Bouton retour en haut de la page