Dans le Panjshir afghan, les forces anti-talibans se battent

VALLÉE DU PANJSHIR, Afghanistan : Les talibans ont appelé mercredi le bastion résistant de la vallée du Panjshir à déposer les armes, alors que les combattants de la résistance ont déclaré avoir repoussé les attaques lourdes.
La vallée montagneuse accidentée avec d’imposants sommets enneigés – qui commence à environ 80 kilomètres (50 miles) au nord de la capitale Kaboul – est le centre de la plus importante poche de forces armées anti-talibanes d’Afghanistan.
Le Front de résistance nationale (NRF), composé de miliciens anti-talibans et d’anciennes forces de sécurité afghanes, s’est engagé à défendre l’enclave alors que le groupe islamiste envoie des combattants pour encercler la zone.
« Mes frères, nous avons fait de notre mieux pour résoudre le problème du Panjshir avec des pourparlers et des négociations… mais malheureusement en vain », a déclaré un haut responsable taliban Amir Khan Muttaqi, dans un message audio aux habitants du Panjshir publié sur Twitter.
« Maintenant que les pourparlers ont échoué et que les Moudjahiddines (talibans) ont encerclé le Panjshir, il y a encore des gens à l’intérieur qui ne veulent pas que les problèmes soient résolus pacifiquement », a-t-il ajouté.
« Maintenant, c’est à vous de leur parler », a déclaré le message des talibans au peuple du Panjshir. « Ceux qui veulent se battre, dites-leur que c’est assez. »
Bismillah Mohammadi, ministre afghan de la Défense avant la chute du gouvernement le mois dernier, a déclaré que les talibans avaient lancé un nouvel assaut contre le Panjshir mardi soir.
« Hier soir, les terroristes talibans ont attaqué le Panjshir, mais ont été vaincus », a tweeté Mohammadi mercredi, affirmant que 34 talibans avaient été tués et 65 blessés.
« Notre peuple ne devrait pas s’inquiéter. Ils se sont retirés avec de lourdes pertes. »
Les habitants et les combattants du Panjshir, dont beaucoup ont combattu les talibans lorsqu’ils étaient au pouvoir de 1996 à 2001, ont offert un message de défi.
« Nous sommes prêts à le défendre jusqu’à la dernière goutte de notre sang », a déclaré un habitant.
« Tout le monde a une arme sur l’épaule et prêt à tirer », a déclaré un autre. « Du plus jeune au plus âgé, ils parlent tous de résistance.
Alors que les derniers soldats américains embarquaient lundi soir dans la nuit noire de Kaboul, les habitants du Panjshir ont déclaré que les talibans avaient attaqué la vallée sur deux fronts : le col de Khawak à l’ouest et de Shotol au sud.
« Peut-être voulaient-ils tenter leur chance », a déclaré Fahim Dashti, responsable de la NRF, dans une vidéo publiée mardi par la chaîne américaine Voice of America, le service en langue dari. « Par la grâce de Dieu, la chance n’était pas de leur côté. »
Dashti a rapporté que sept ou huit combattants talibans ont été tués dans les affrontements de lundi avec un ou deux combattants de la résistance.
Le Panjshir a une immense valeur symbolique en Afghanistan en tant que zone qui a résisté à l’occupation par les envahisseurs.
« Nous l’avons défendu pendant l’ère des Russes, l’ère des Britanniques, l’ère précédente des talibans… nous continuerons à le défendre », a déclaré un combattant.
Ahmad Massoud, l’un des dirigeants de la NRF, est le fils du défunt commandant de la guérilla Ahmad Shah Massoud, qui a été surnommé le « Lion du Panjshir » pour avoir résisté, d’abord aux forces soviétiques, puis aux talibans.
La vallée a des points d’entrée limités et sa géographie offre un avantage militaire naturel – les unités en défense peuvent utiliser des positions élevées pour cibler efficacement les forces attaquantes.
Cette semaine, les combattants du Panjshir ont organisé un entraînement militaire dans le cadre d’une démonstration de force, avec des hommes portant de lourdes bûches sur leurs épaules traversant des rivières glacées jusqu’à la poitrine.
Au-dessus de leurs véhicules blindés et au-dessus de leurs bases flottait leur drapeau, un défi à la bannière blanche des talibans maintenant hissée à travers le reste du pays.
De nombreux Afghans sont terrifiés par une répétition du régime initial des talibans de 1996 à 2001, qui était tristement célèbre pour leur traitement des filles et des femmes, ainsi que pour un système de justice brutal.
La NRF a installé des nids de mitrailleuses, des mortiers et des postes de surveillance fortifiés avec des sacs de sable en prévision d’un assaut des talibans.
Les communications sont difficiles avec la vallée, avec des forces talibanes sur trois côtés. Internet dans le Panjshir a été activé et désactivé à plusieurs reprises ces derniers jours.

Bouton retour en haut de la page