Deux législateurs américains se rendent à Kaboul dans le cadre des efforts d’évacuation

WASHINGTON (Reuters) – Deux membres de la Chambre des représentants américaine se sont rendus en Afghanistan mardi, provoquant un avertissement de la présidente de la Chambre, Nancy Pelosi, qui a déclaré que de tels voyages pourraient détourner les ressources de l’évacuation des Américains et des Afghans à risque.
Les représentants Seth Moulton, un démocrate, et Peter Meijer, un républicain, qui ont tous deux servi dans la guerre en Irak avant de se présenter au Congrès, ont déclaré dans un communiqué qu’ils se sont rendus à Kaboul pour recueillir des informations dans le cadre du rôle de surveillance du Congrès.
« L’Amérique a une obligation morale envers nos citoyens et alliés loyaux, et nous devons nous assurer que cette obligation est respectée », ont-ils déclaré dans un communiqué publié après leur départ de Kaboul, après avoir vu les conditions à l’aéroport.
Alors que leur visite était rendue publique, Pelosi a envoyé une lettre aux membres de la Chambre qui n’a pas mentionné Moulton ou Meijer, mais a averti que le Pentagone et le Département d’État avaient demandé aux législateurs de ne pas se rendre en Afghanistan « pendant cette période de danger ».
Pelosi, une démocrate, a déclaré aux journalistes qu’un grand nombre de membres de la Chambre voulaient se rendre en Afghanistan, mais elle a déclaré dans la lettre qu’un tel voyage serait imprudent.
« Les déplacements des membres en Afghanistan et dans les pays environnants détourneraient inutilement les ressources nécessaires de la mission prioritaire consistant à évacuer rapidement et en toute sécurité les États-Unis et les Afghans à risque d’Afghanistan », a-t-elle déclaré.
Moulton et Meijer ont déclaré qu’ils avaient quitté Kaboul dans un avion avec des sièges vides et qu’ils se sont assis dans des sièges réservés à l’équipage « pour s’assurer que personne qui avait besoin d’un siège n’en perde un à cause de notre présence ».
Les législateurs ont déclaré avant la visite qu’ils souhaitaient que le président Joe Biden prolonge sa date limite du 31 août pour la fin de l’évacuation et le départ des troupes américaines du pays.
« Après avoir parlé avec les commandants sur le terrain et vu la situation ici, il est évident que parce que nous avons commencé l’évacuation si tard, que quoi que nous fassions, nous ne ferons pas sortir tout le monde à temps, même d’ici le 11 septembre », ont-ils déclaré. mentionné.
Biden a été critiqué pour ne pas avoir commencé l’évacuation plus tôt et pour les scènes chaotiques à l’aéroport de Kaboul, où des Américains et des Afghans vulnérables sont évacués du pays par avion après la prise de contrôle des talibans.
Le président a déclaré mardi que les forces américaines avaient désormais aidé à évacuer 70 700 personnes depuis le 14 août.

Bouton retour en haut de la page