Joe Biden et le Premier ministre israélien cherchent à rétablir les relations et à réduire les différences sur l’Iran

WASHINGTON : Le président Joe Biden et le Premier ministre israélien Naftali Bennett chercheront jeudi à redéfinir le ton des relations américano-israéliennes lors de leur première réunion à la Maison Blanche et à trouver un terrain d’entente sur l’Iran malgré les divergences sur la manière de gérer son programme nucléaire.
Dans des pourparlers éclipsés par le retrait chaotique des États-Unis d’Afghanistan, les deux dirigeants tenteront de tourner la page des années de tensions entre le prédécesseur de Bennett, Benjamin Netanyahu, proche de l’ancien président Donald Trump, et la dernière administration démocrate dirigée par Barack Obama avec Biden comme son vice-président.
Dans ce qui a été prévu comme une réunion discrète, Bennett veut s’éloigner du style public combatif de Netanyahu et plutôt gérer les désaccords de manière constructive à huis clos entre Washington et son allié le plus proche au Moyen-Orient.
La visite donne à Biden l’occasion de faire la démonstration des affaires comme d’habitude avec un partenaire clé tout en faisant face à la situation complexe en Afghanistan. La plus grande crise de politique étrangère de Biden depuis son entrée en fonction a non seulement nui à son taux d’approbation à la maison, mais a soulevé des questions sur sa crédibilité auprès de ses amis et de ses ennemis.
En tête de l’ordre du jour se trouve l’Iran, l’un des problèmes les plus épineux entre l’administration Biden et Israël.
Bennett, un politicien d’extrême droite qui a mis fin au mandat de 12 ans de Netanyahu en tant que Premier ministre en juin, devrait faire pression sur Biden pour qu’il durcisse son approche envers l’Iran et arrête les négociations visant à relancer l’accord nucléaire international que Trump a abandonné.
Biden dira à Bennett qu’il partage la préoccupation d’Israël selon laquelle l’Iran a étendu son programme nucléaire, mais reste pour l’instant engagé dans la diplomatie avec Téhéran, a déclaré un haut responsable de l’administration. Les négociations américano-iraniennes sont au point mort alors que Washington attend la prochaine décision du nouveau président iranien pur et dur.
Informant les journalistes avant la réunion, le responsable a déclaré : « Depuis que la dernière administration a quitté l’accord sur le nucléaire iranien, le programme nucléaire iranien vient de sortir des sentiers battus.
Le responsable a déclaré que si la voie diplomatique avec l’Iran échouait, « il y avait d’autres voies à suivre », mais n’a pas précisé.
Bennett a été moins ouvertement combatif mais tout aussi catégorique que Netanyahu l’a été en s’engageant à faire tout ce qui est nécessaire pour empêcher l’Iran, qu’Israël considère comme une menace existentielle, de construire une arme nucléaire. L’Iran nie constamment qu’il cherche une bombe.
Les deux dirigeants devraient s’entretenir brièvement avec un petit groupe de journalistes lors de leur réunion du bureau ovale, mais il n’y aura pas de conférence de presse conjointe, ce qui limitera le potentiel de désaccord public.
En désaccord sur les questions palestiniennes
Sur le conflit israélo-palestinien, Biden et Bennett sont également divisés. Biden a renouvelé son soutien à une solution à deux États après que Trump se soit éloigné de ce principe de longue date de la politique américaine. Bennett s’oppose à un État palestinien.
Le consensus parmi les assistants de Biden est que ce n’est pas le moment de faire pression pour une reprise des pourparlers de paix depuis longtemps en sommeil ou des concessions israéliennes majeures, qui pourraient déstabiliser la coalition idéologiquement diverse de Bennett.
Mais les assistants de Biden n’ont pas exclu de demander à Bennett des gestes modestes pour aider à éviter une répétition des combats acharnés entre Israël et le Hamas dans la bande de Gaza qui ont pris la nouvelle administration américaine au dépourvu plus tôt cette année.
Parmi les questions qui pourraient être soulevées lors des pourparlers de jeudi, figure l’objectif de l’administration Biden de rétablir un consulat à Jérusalem au service des Palestiniens et que Trump a fermé. Les assistants de Biden ont agi avec prudence sur la question.
L’administration a également souligné qu’elle s’opposait à une nouvelle expansion des colonies juives sur les terres occupées.
Bennett, 49 ans, fils d’immigrants américains en Israël, a été un fervent partisan de la construction de colonies.
Les conseillers de Biden sont également conscients que les responsables israéliens pourraient être préoccupés par l’échec apparent des services de renseignement américains à prédire la chute rapide de l’Afghanistan aux mains des talibans.
Biden a l’intention de rassurer Bennett sur le fait que la fin de la présence militaire américaine en Afghanistan ne reflète pas une « dépriorisation » de l’engagement américain envers Israël et d’autres alliés du Moyen-Orient, a déclaré le haut responsable américain.
Biden discutera également avec Bennett des efforts en coulisses pour amener davantage de pays arabes à normaliser leurs relations avec Israël, a déclaré le haut responsable américain. Cela suivrait les traces des Émirats arabes unis, de Bahreïn et du Maroc, qui ont conclu des accords avec Israël négociés par l’administration Trump.
Mercredi, Bennett a rencontré le secrétaire d’État américain Antony Blinken et le secrétaire à la Défense Lloyd Austin. Il devait discuter, entre autres, de la reconstitution du système de défense antimissile Iron Dome sur lequel Israël s’appuie pour repousser les attaques à la roquette depuis Gaza.

Bouton retour en haut de la page