La capitale du Sénégal est à nouveau inondée alors que les experts accusent une mauvaise planification

DAKAR : Le ministre de l’Intérieur sénégalais Antoine Félix Abdoulaye Diome est jusqu’aux genoux dans l’eau, dans une banlieue de la capitale du pays d’Afrique de l’Ouest, en train d’évaluer les dégâts causés par les inondations.
Il inspecte une maison dans le quartier est de Keur Massar : le premier étage et la cour ont été submergés d’eau brune pendant trois jours.
Des libellules survolent la cour marécageuse, qu’une pompe solitaire a du mal à drainer. A l’intérieur, les meubles ont été soulevés du sol.
Le propriétaire de la maison, qui a refusé d’être nommé, est cinglant.
« Ils sont incapables », a-t-il déclaré à l’AFP, faisant un geste vers le ministre et son entourage.
La colère grandit face aux inondations de plus en plus courantes à Dakar.
Diome et d’autres responsables ont été hués alors qu’ils visitaient Keur Massar, et des manifestants ailleurs à Dakar ont bloqué une autoroute.
Composée d’environ 3,7 millions d’habitants, la ville est régulièrement inondée pendant la période pluvieuse de juillet-octobre. Mais le problème s’aggrave. Cette année, de fortes inondations ont frappé après seulement deux jours de pluie.
Les inondations sont également survenues après les promesses répétées du gouvernement de résoudre le problème.
Moise David Ndour, un autre habitant de Keur Massar, en a également marre. « Rien n’a été fait », dit-il. « Certaines personnes ont même déménagé à cause de cela ».
Beaucoup s’attendent à des inondations plus graves à mesure que les pluies continuent.
Selon des experts interrogés par l’AFP, des quartiers entiers sont construits sur des plaines inondables, et sur des sols meubles proches de la nappe phréatique. La planification est aléatoire et les autorités locales semblent exercer peu de contrôle.
Le président sénégalais Macky Sall a lancé un plan décennal de lutte contre les inondations lors de son arrivée au pouvoir en 2012, avec un budget équivalent à environ 1,14 milliard d’euros (1,4 milliard de dollars).
Des pompes à eau et des ponceaux ont été installés dans certains quartiers de Dakar, évitant avec succès les inondations. Cependant, d’autres quartiers de la ville en pleine expansion n’ont pas été touchés.
Environ un quart de la population sénégalaise de 16 millions de personnes vit dans la ville balnéaire, où il y a une pression féroce pour construire en raison de la pénurie de logements.
Le gouvernement a cherché à soulager les zones inondées sans s’attaquer aux causes des inondations régulières, selon le géologue sénégalais Pape Goumbo Lo.
« La construction de logements doit prendre en compte la nature du sol », a-t-il déclaré, ajoutant qu’il y a un besoin de plus d’études du terrain et de la nappe phréatique.
La construction gratuite a également exacerbé les inondations alors même que les averses sont devenues moins fréquentes.
« C’est un paradoxe très inquiétant », estime Cheikh Gueye, géographe et chercheur à l’ONG Enda Tiers-Monde basée à Dakar.
« De moins en moins de pluie fait de plus en plus de dégâts », ajoute-t-il.
A Mbao, une autre banlieue de Dakar, il n’a pas plu depuis trois jours, mais la route principale est toujours inondée d’eau stagnante.
Les motos, scooters et véhicules de transport en commun ne peuvent plus l’utiliser.
Ibrahim Cissé, un local avec de l’eau clapotant autour des chevilles, dit « nous n’avons pas d’autre choix que de nous mouiller ou d’utiliser les calèches pour traverser la rue ».
Devant lui, une dizaine de personnes sont juchées sur une charrette à cheval, courante au Sénégal mais surtout utilisée pour le transport de marchandises.
« Il y a beaucoup de dégâts, les commerçants ne peuvent pas ouvrir », confie un autre habitant, qui ne veut pas être nommé. « Nous devons surmonter cela ».
Mais Cheikh Gueye, le géographe, est pessimiste.
« Nous construisons en zone inondable : chaque jour de nouveaux quartiers sont créés, et les mêmes erreurs sont commises ».

Bouton retour en haut de la page