La France arrête un évacué afghan lié aux talibans

PARIS : La France a arrêté un Afghan qu’elle a aidé à évacuer du pays dans le cadre d’une enquête sur les liens avec les talibans, a déclaré mardi le porte-parole du gouvernement.
L’homme serait proche d’un autre évacué afghan soupçonné de travailler pour les talibans, a déclaré Gabriel Attal à BFM-TV.
Tous deux avaient été placés sous surveillance à leur arrivée en France, et l’homme détenu a été placé en détention pour avoir enfreint les termes de cette mesure de contrôle.
Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a déclaré à la radio France Info qu’il avait quitté une zone dans laquelle il était tenu de rester pendant « quelques minutes », insistant sur le fait qu’il n’y avait eu aucune faille de sécurité.
Attal a déclaré que le principal suspect avait aidé à l’évacuation de Français d’Afghanistan « à un moment incroyablement tendu et a probablement sauvé des vies ». Mais il a eu « des liens avec les talibans, à un moment donné, et cela doit être précisé ».
Selon un document ministériel consulté par l’AFP, il a reconnu son appartenance aux talibans et a déclaré avoir travaillé comme chef armé d’un poste de contrôle taliban à Kaboul.
Le président français Emmanuel Macron a promis la semaine dernière dans une allocution télévisée que la France « protégerait ceux qui sont le plus menacés en Afghanistan » tout en promettant que l’Europe mettrait en place une initiative « robuste » pour contrecarrer les migrations illégales et en particulier les réseaux de trafic d’êtres humains.
Ses commentaires ont mis en colère la gauche française et les militants qui ont fait valoir qu’il avait laissé entendre que la France ne laisserait entrer qu’un nombre limité de personnes et fermerait les yeux sur de nombreux Afghans qui avaient besoin d’aide.
La migration devrait être l’un des champs de bataille les plus controversés alors que Macron se prépare pour les élections présidentielles de 2022 qui pourraient se résumer à un duel avec l’extrême droite.
Les opposants se sont retournés contre le gouvernement lorsque la nouvelle a émergé qu’un évacué pourrait être lié aux talibans.
« Le gouvernement doit expliquer aux Français ce qui empêcherait ces individus d’être expulsés d’urgence », a déclaré Xavier Bertrand, un éminent candidat de droite à la présidentielle.
La challenger d’extrême droite Marine Le Pen a ajouté : « Le ‘devoir’ d’une France accueillante passe au second plan lorsque la sécurité des Français est en danger. Cela est parfaitement logique pour tout le monde – sauf le gouvernement. »

Bouton retour en haut de la page