La police indonésienne arrête un braconnier d’éléphants et des acheteurs d’ivoire

BANDA ACEH : La police indonésienne dit avoir arrêté un braconnier d’éléphants dans la province d’Aceh ainsi que quatre personnes qui ont acheté de l’ivoire d’un animal qu’il a tué.
L’éléphant a été retrouvé sans sa tête le 11 juillet dans une palmeraie de l’est d’Aceh, a annoncé la police. La police locale a collaboré avec le Centre de conservation des ressources naturelles d’Aceh pour enquêter sur le décès.
« L’équipe a trouvé des indications que l’éléphant avait reçu du poison avant d’être tué. L’équipe a également trouvé la tête de l’éléphant sans ses défenses à 300 mètres (1 000 pieds) », a déclaré jeudi le chef de la police d’Aceh Est, Eko Widiantoro.
La police a arrêté un suspect le 10 août qui a admis qu’il avait tenté de tuer des éléphants à cinq reprises depuis 2017 en les empoisonnant, mais n’y avait réussi que deux fois, y compris la mort récente, a déclaré Widiantoro. Le 19 juillet, lui et un partenaire ont empoisonné des mangues près d’un troupeau d’éléphants sauvages et ont exécuté un éléphant affaibli deux heures plus tard avec une hache, a-t-il déclaré à la police. Le partenaire est toujours en fuite.
Le suspect a déclaré avoir vendu l’ivoire à quelqu’un dans l’est d’Aceh, qui l’a vendu à quatre acheteurs dans les provinces d’Aceh et de Java occidental. Le dernier acheteur, un artisan de Java occidental, a fait de l’ivoire un poignard et une pipe à cigarettes, a déclaré Widiantoro.
Tous les acheteurs ont été arrêtés et sont détenus au poste de police d’East Aceh avec le braconnier, a-t-il déclaré. Ils risquent jusqu’à cinq ans de prison et une amende de 100 millions de roupies (7 000 $) s’ils sont reconnus coupables.
Au cours des sept dernières années, 46 éléphants morts ont été retrouvés à Aceh, la province la plus occidentale de l’Indonésie. Beaucoup ont été attribués à la chasse illégale et aux conflits avec les humains.

Bouton retour en haut de la page