Le chef de l’OTAN accuse les dirigeants afghans de l’effondrement de Kaboul

BRUXELLES : Le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a déclaré mardi que l’alliance était surprise par la rapidité de la victoire des talibans en Afghanistan mais a blâmé les dirigeants afghans pour la « tragédie ».
« En fin de compte, les dirigeants politiques afghans n’ont pas réussi à tenir tête aux talibans et à parvenir à la solution pacifique que les Afghans voulaient désespérément », a-t-il déclaré.
« Cet échec des dirigeants afghans a conduit à la tragédie à laquelle nous assistons aujourd’hui. »
Stoltenberg a déclaré aux journalistes que l’alliance travaillait maintenant pour assurer la sécurité du personnel civil de l’OTAN et des employés afghans restants en Afghanistan.
Les rebelles talibans ont envahi la capitale afghane ce week-end après l’effondrement du gouvernement soutenu par l’Occident et de la résistance de ses forces entraînées par les États-Unis et l’OTAN.
Le personnel des ambassades occidentales a déménagé à l’aéroport de la ville, qui est sous la protection d’une arrière-garde de troupes américaines déployées pour couvrir la retraite alliée.
« L’OTAN a travaillé sans relâche pour maintenir les opérations à l’aéroport international de Kaboul », a déclaré Stoltenberg, après une réunion de hauts diplomates de l’OTAN des membres de l’alliance.
« Environ 800 membres du personnel civil de l’OTAN sont restés pour assurer des fonctions clés dans des circonstances très difficiles, notamment le contrôle du trafic aérien, le carburant et les communications. »
« Permettez-moi également de remercier les forces militaires des alliés de l’OTAN – en particulier la Turquie, les États-Unis et le Royaume-Uni – pour un rôle essentiel dans la sécurisation de l’aéroport.
Stoltenberg a déclaré que le haut représentant civil de l’Otan en Afghanistan, l’ambassadeur Stefano Pontecorvo, resterait à l’aéroport « pour coordonner et faciliter l’évacuation » du personnel de l’Otan et des employés afghans.
« Les talibans doivent respecter et faciliter le départ en toute sécurité de tous ceux qui souhaitent quitter l’aéroport et, de plus, les routes et les postes frontaliers doivent être ouverts », a-t-il déclaré.
« Tous les hommes, femmes et enfants afghans méritent de vivre dans la sécurité et la dignité.

Bouton retour en haut de la page