Le gouvernement d’Imran Khan doit résoudre le problème Tehreek-e-Taliban, selon les talibans

ISLAMABAD : Le porte-parole des talibans Zabihullah Mujahid a déclaré que la question du Tehreek-e-Taliban Pakistan (TTP), une organisation interdite, est une question que le gouvernement Imran Khan doit résoudre, pas l’Afghanistan.
Dans une interview avec Geo News samedi, Mujahid a déclaré : « La question du TTP est une question que le Pakistan devra traiter, pas l’Afghanistan. sur la légitimité ou l’illégitimité de leur guerre et de formuler une stratégie en réponse.
Cependant, Mujahid a réitéré que les talibans ne permettront à personne d’utiliser le sol afghan contre un autre pays. « Le futur gouvernement aura le droit de parole à ce sujet. Cependant, notre position de principe est que nous n’autoriserons l’utilisation de notre sol par personne pour détruire la paix dans le pays de quelqu’un d’autre », a déclaré Mujahid.
Il a déclaré que si le TTP considère les talibans afghans comme leur chef, « ils devront les écouter, qu’ils le veuillent ou non ».
Plusieurs terroristes appartenant au groupe terroriste Tehreek-e-Taliban Pakistan (TTP) ont été libérés des prisons en Afghanistan après que les talibans ont pris le contrôle du pays.
Lorsqu’on lui a demandé combien de temps les gens peuvent s’attendre à la formation d’un gouvernement en Afghanistan, le porte-parole des talibans a déclaré qu’ils espéraient annoncer le gouvernement « dans quelques jours », a rapporté Geo News.
« Des discussions sont en cours sur tous les aspects d’un gouvernement », a déclaré le porte-parole, ajoutant qu’il espère que les talibans seront prêts « d’ici quelques jours » à faire une annonce à cet égard.
Mujahid a noté que le retard a causé des obstacles dans les opérations quotidiennes et les questions de commerce et de diplomatie, et donc les talibans ont « engagé tous leurs efforts pour former un gouvernement dès que possible ».
Il a également indiqué que les conseils de l’ancien président afghan Hamid Karzai et de l’ancien directeur général, le Dr Abdullah Abdullah, ainsi que des anciens vice-présidents Yunus Qanuni et Abdul Rashid Dostum sont pris concernant la formation du nouveau gouvernement, a rapporté Geo News.
« Nous consultons tous les dirigeants présents à Kaboul. Nous sommes en contact avec eux et leurs recommandations sont importantes pour nous », a-t-il ajouté.
Mujahid a également déclaré que les talibans avaient entendu parler d’une commission de haut niveau pour superviser les affaires gouvernementales, mais qu’un tel organe n’a pas encore été formé, a rapporté Geo News.
« Nous souhaitons que les problèmes soient résolus par le dialogue et pour cela, un mécanisme est nécessaire pour faciliter de tels pourparlers », a-t-il déclaré.
Interrogé sur le Panjshir National Resistance Front (NRF), la force la plus puissante après le siège de Kaboul par les talibans, Mujahid a déclaré que les talibans ne souhaitent pas la guerre au Panjshir, mais qu’un combat sera « rapide » puisque la vallée est encerclée. , a rapporté Geo News.

Bouton retour en haut de la page