Les législateurs américains violent les ordres avec un voyage à Kaboul pendant le pont aérien

WASHINGTON : Deux membres du Congrès américain ont révélé qu’ils avaient violé les ordres officiels de se rendre à Kaboul pendant le pont aérien chaotique qui a vu les États-Unis et leurs alliés tenter d’évacuer des dizaines de milliers de personnes fuyant les talibans.
La révélation du député démocrate Seth Moulton et de son collègue républicain Peter Meijer a provoqué mardi une déclaration de colère de la leader démocrate de la Chambre des représentants Nancy Pelosi.
« Aujourd’hui, avec @RepMeijer, j’ai visité l’aéroport de Kaboul pour superviser l’évacuation », a déclaré Moulton. Les deux hommes sont des vétérans de la guerre en Irak.
« Nous avons fait cette visite en secret pour réduire les risques et l’impact sur la mission et nous avons insisté pour partir dans un avion qui n’était pas plein, dans un siège réservé à l’équipage afin de ne pas prendre la place de quelqu’un d’autre », a poursuivi Moulton. sur Twitter mardi soir.
Plus de 80 000 personnes ont été évacuées depuis le 14 août, la veille de la prise de contrôle de Kaboul par les talibans et de la prise du pouvoir en Afghanistan.
Mais des foules immenses restent à l’extérieur de l’aéroport de Kaboul, d’innombrables autres se cachant dans la ville et ailleurs dans le pays, espérant toujours fuir la menace de représailles et de répression sous le nouveau régime des islamistes.
Le temps presse pour sauver le reste, avec une date limite du 31 août fixée par le président américain Joe Biden qui se profile, et les talibans disent qu’ils refuseront de la prolonger.
Les deux représentants se sont rendus seuls au Moyen-Orient, puis ont voyagé dans un avion militaire d’un pays allié des États-Unis à Kaboul, le tout sans coordination avec les diplomates américains ou le commandement militaire, ont rapporté les médias américains.
L’objectif de l’opération était de pousser Biden à prolonger la date limite d’évacuation du 31 août, selon les deux hommes.
« Après avoir parlé avec les commandants sur le terrain et vu la situation ici, il est évident que parce que nous avons commencé l’évacuation si tard, quoi que nous fassions, nous ne ferons pas sortir tout le monde à temps, même d’ici le 11 septembre », a déclaré Moulton. tweeté.
Biden a déclaré mardi lors d’une conférence de presse que les États-Unis respecteraient la date limite du 31 août, mais a souligné que le respect de cette limite dépendrait de la coopération des talibans.
Les États-Unis ont déployé de nouvelles troupes pour aider aux évacuations. Mais ce contingent de plus de 6 000 personnes, ainsi que des centaines de responsables américains, 600 soldats afghans et l’équipement, devront être évacués par avion.
Malgré les scènes déchirantes à l’aéroport de Kaboul, les talibans ont exclu toute prolongation de la date limite de mardi prochain pour retirer les troupes étrangères, la décrivant comme « une ligne rouge ».
Le même jour que le voyage de Meijer et Moulton, la présidente démocrate de la Chambre, Nancy Pelosi, a rappelé au Congrès dans un communiqué que « les départements de la Défense et de l’État ont demandé aux députés de ne pas se rendre en Afghanistan et dans la région pendant cette période ».
Un tel voyage « détournerait inutilement les ressources nécessaires de la mission prioritaire d’évacuer en toute sécurité et rapidement les États-Unis et les Afghans menacés d’Afghanistan », a-t-elle déclaré, sans nommer les deux représentants dans le communiqué.
« C’est l’une des choses les plus irresponsables que j’ai entendues faire par un législateur », a déclaré au Washington Post un diplomate, s’exprimant sous couvert d’anonymat.

Bouton retour en haut de la page