Les opérations d’évacuation américaines se poursuivent sans interruption à l’aéroport de Kaboul après une attaque à la roquette (Maison Blanche)

WASHINGTON : Les opérations d’évacuation à l’aéroport de Kaboul restent « ininterrompues » suite à l’attaque à la roquette, a confirmé lundi la Maison Blanche.
Dans un communiqué, l’attachée de presse de la Maison Blanche, Jen Psaki, a déclaré que le président américain Joe Biden avait été informé de l’attaque à la roquette par le conseiller à la sécurité nationale Jake Sullivan et le chef d’état-major Ron Klain.
« Le président a été informé que les opérations se poursuivaient sans interruption à HKIA (aéroport international Hamid Karzai) et a reconfirmé son ordre que les commandants redoublent d’efforts pour donner la priorité à tout ce qui est nécessaire pour protéger nos forces sur le terrain », a déclaré Psaki.
Lundi, au moins cinq roquettes ont été tirées en direction de l’aéroport international Hamid Karzai de Kaboul, a déclaré un responsable américain à ABC News.
L’armée américaine a engagé la défense antimissile C-RAM, mais, selon ABC News, on ne sait toujours pas si toutes les roquettes ont été interceptées avec succès.
Il n’y a eu aucun rapport initial sur les victimes.
Selon des séquences vidéo de Pajhwok Afghan News et de Tolo News, les roquettes ont été tirées depuis une voiture dans le quartier de Khair Khana à Kaboul en direction de l’aéroport lundi matin et ont touché différentes parties de la ville.
La situation sécuritaire s’est détériorée près de l’aéroport de Kaboul alors que les États-Unis mettent fin à leurs opérations d’évacuation. Jeudi, un kamikaze et plusieurs hommes armés de l’EIIL-K ont tué 13 militaires américains et près de 169 civils afghans lors de l’attaque de l’aéroport de Kaboul.
Dimanche, les forces américaines ont mené une frappe aérienne ciblant un kamikaze présumé de l’EIIS-K qui constituait une menace « imminente » pour l’aéroport. Pas moins de neuf personnes, tous membres de la même famille, ont été tuées dans l’attaque.

Bouton retour en haut de la page