Les sites Web officiels des talibans sont hors ligne, pour des raisons inconnues

BOSTON : Les sites Web des talibans qui ont transmis les messages officiels des insurgés victorieux aux Afghans et au monde entier en cinq langues ont été interrompus brutalement vendredi, indiquant un effort pour tenter de les étouffer.
Cependant, il n’est pas immédiatement clair pourquoi les sites en langues pachto, ourdou, arabe, anglais et dari ont été mis hors ligne vendredi. Ils avaient été protégés par Cloudflare, un réseau de diffusion de contenu basé à San Francisco et un fournisseur de protection contre le déni de service.
Cloudflare n’a pas répondu aux e-mails et aux appels téléphoniques demandant des commentaires sur le développement, qui a été rapporté pour la première fois par le Washington Post. Le bouclier Cloudflare empêche le public de savoir qui héberge exactement les sites.
Vendredi également, le populaire service de messagerie crypté WhatsApp a supprimé un certain nombre de groupes talibans, selon Rita Katz, directrice du SITE Intelligence Group, qui traque l’extrémisme en ligne.
La disparition des sites Web n’est peut-être que temporaire, car les talibans obtiennent de nouveaux accords d’hébergement. Mais la suppression signalée des groupes WhatsApp a suivi l’interdiction des comptes talibans par Facebook, la société mère du service, mardi après que le gouvernement afghan soutenu par les États-Unis est tombé aux mains des talibans.
La porte-parole de WhatsApp, Danielle Meister, n’a pas confirmé la suppression, mais a renvoyé l’Associated Press à une déclaration publiée par la société plus tôt cette semaine, affirmant qu’elle était « obligée de respecter les lois américaines sur les sanctions. Cela inclut l’interdiction des comptes qui semblent se présenter comme des comptes officiels des talibans. . »
Katz a déclaré par courrier électronique qu’elle espérait que la suppression des sites Web des talibans n’était qu’une première étape pour diminuer sa présence en ligne.
Contrairement aux talibans d’il y a 20 ans que les États-Unis ont chassés du pouvoir en Afghanistan, les talibans d’aujourd’hui sont extrêmement avertis des médias et leur infrastructure en ligne « inspire et mobilise » al-Qaida et d’autres factions islamistes extrémistes, a déclaré Katz.
« Les entreprises technologiques devraient faire ce qu’elles peuvent pour anticiper ce problème dès que possible, car la présence en ligne du groupe alimente un mouvement djihadiste nouvellement enhardi dans le monde », a-t-elle ajouté.
Twitter n’a pas supprimé les comptes talibans et le porte-parole du groupe, Zabihullah Mujahid, y compte plus de 300 000 abonnés. La société a indiqué mardi que tant que ces comptes respecteraient ses règles – notamment ne pas inciter ou glorifier la violence – ils resteraient actifs.
Comme Facebook, YouTube de Google considère les talibans comme une organisation terroriste et lui interdit d’exploiter des comptes.
Les talibans ne figurent pas sur la liste américaine des organisations terroristes étrangères, mais les États-Unis leur ont imposé des sanctions.

Bouton retour en haut de la page