Sommet du G7 : des législateurs influents du G-7 souhaitent que l’Inde soit invitée aux réunions du bloc sur la crise afghane | Inde Nouvelles

WASHINGTON : Des législateurs influents des pays du G-7 ont demandé instamment que l’Inde soit invitée à assister aux réunions du bloc qui visent à développer un front commun et uni pour la sécurité mondiale et la stabilité régionale à la suite de la prise de contrôle de l’Afghanistan par les talibans.
Le sénateur américain Bob Menendez, qui est également le président de la puissante commission des relations étrangères du Sénat, et ses homologues d’Italie, de France, d’Allemagne, du Japon, du Royaume-Uni et du Parlement européen ont également déclaré dans une déclaration commune que l’Union africaine devrait être invitée à assister à des réunions individuelles réunions du G-7, le cas échéant.
« Le retrait des forces américaines et alliées d’Afghanistan ne doit pas être interprété à tort par la communauté mondiale comme un affaiblissement de la détermination des gouvernements du G7 à prendre toutes les mesures nécessaires pour lutter contre le terrorisme transfrontalier, soutenir la coopération régionale ou faire progresser les valeurs démocratiques », a déclaré Menendez et ses homologues des pays du G-7 ont déclaré dans la déclaration conjointe.
« Avec les retombées possibles du terrorisme, nous aimerions que l’Inde soit invitée à participer à cette réunion du G-7. Alors que d’autres groupes terroristes commencent à se rassembler dans la Corne de l’Afrique et à réveiller des mouvements ailleurs, nous pensons que l’Union africaine devrait être invitée à assister à des réunions individuelles du G-7 le cas échéant », ont déclaré les législateurs.
« Cela favoriserait un changement régional pour les gouvernements et garantirait que les effets d’entraînement de l’Afghanistan qui pourraient déstabiliser les pays voisins soient constamment surveillés par ceux qui sont les plus proches des zones probables de menace », ont-ils déclaré.
L’exportation de la terreur, que ce soit en Asie du Sud, au Moyen-Orient, en Afrique de l’Est ou dans toute autre partie du monde, doit faire l’objet d’une action rapide et décisive », indique le communiqué.
Le G-7 est un groupement politique intergouvernemental de sept pays comprenant le Royaume-Uni, le Canada, la France, l’Allemagne, l’Italie et le Japon. Le président américain Joe Biden s’est adressé mardi à une réunion d’urgence du G-7 et d’autres dirigeants mondiaux dans le cadre du retrait des troupes américaines d’ici le 31 août.
Outre Menendez, la déclaration commune a été publiée par David McAllister, député européen, président du Parlement européen ; Jean-Louis Bourlanges, président de l’Assemblée nationale française ; Dr Norbert Rottgen MdB, Président, Bundestag allemand ; Piero Fassino, député, président, Chambre des députés italienne ; ABE Toshiko, président, Chambre des représentants japonaise ; et Tom Tugendhat, député, président, Parlement britannique. Le Parlement canadien est dissous pour les prochaines élections.
Les législateurs ont exigé qu’aucun membre de la communauté internationale des États ne reconnaisse unilatéralement le régime taliban. Il doit y avoir un processus coordonné, idéalement à travers une résolution du Conseil de sécurité des Nations Unies pour garantir que les engagements pris par les talibans soient considérés comme contraignants.
« Les principaux critères de reconnaissance devraient inclure, mais sans s’y limiter : la répudiation de tout terrorisme transfrontalier, y compris Al-Qaïda et les groupes associés ; l’égalité des droits des filles et des femmes ; protection des groupes ethniques et religieux minoritaires; engagement en faveur d’élections démocratiques; et mettre fin à toutes les activités liées aux stupéfiants », indique le communiqué.
«Ce sont les actions qui compteront. Un mécanisme de surveillance et d’application devrait faire partie de tout cadre convenu avec les talibans pour assurer le respect de leurs engagements », a-t-il déclaré.
Il y a peu d’indications de son comportement passé ou présent que les talibans sont attachés à l’un de ces principes, donc les pays du G-7 devraient être prêts à isoler les talibans et à imposer des sanctions sévères si les violations atteignent un seuil convenu, ont déclaré les législateurs.
Ils ont déclaré qu’afin de mettre en œuvre une évacuation ordonnée des personnes les plus vulnérables en Afghanistan, les gouvernements du G-7 devraient éviter les dates arbitraires pour mettre fin au soutien militaire à l’évacuation ou imposer des plafonds artificiels au nombre d’évacués.
Au lieu de cela, ces décisions devraient être motivées par les étapes requises pour un processus ordonné avec l’objectif principal de protéger les plus vulnérables et d’aider ceux qui en ont le plus besoin.
« En plus de l’évacuation, les gouvernements du G-7 devraient appeler l’ONU à coordonner la communauté internationale pour répondre à la probable crise humanitaire et des réfugiés. Les Afghans auront besoin d’une aide d’urgence, que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur de l’Afghanistan, et le rôle du Programme alimentaire mondial et du HCR sera essentiel pour soutenir ceux qui en ont le plus besoin », ont déclaré les législateurs.

Bouton retour en haut de la page