Un attentat à la bombe frappe un cortège chiite au Pakistan, faisant au moins 3 morts

MULTAN : Une puissante bombe au bord de la route a explosé jeudi parmi un cortège de musulmans chiites dans le centre du Pakistan, faisant au moins trois morts et plus de 50 blessés, a annoncé la police locale.
Des vidéos circulant sur les réseaux sociaux montraient des policiers et des ambulances se précipitant vers le site de l’explosion. Plusieurs personnes blessées ont été vues attendant de l’aide le long d’une route dans la ville profondément conservatrice de Bahawalnagar, dans la province orientale du Pendjab, où l’attaque a eu lieu.
L’officier de police de la ville Mohammad Asad et le leader chiite Khawar Shafqat ont confirmé l’attentat. Des témoins ont déclaré que les tensions étaient désormais élevées dans la ville, les chiites protestant contre l’attaque et exigeant des représailles.
Shafqat a déclaré que l’explosion s’est produite alors que le cortège traversait un quartier encombré connu sous le nom de colonie de Muhajir. Il a condamné l’attaque et a exhorté le gouvernement à renforcer davantage la sécurité lors de ces cortèges, qui se déroulent également dans d’autres parties du pays.
Les communications dans la région étaient difficiles, car les autorités avaient suspendu le service de téléphonie mobile à travers le pays il y a un jour avant le festival Shia Ashoura.
La commémoration annuelle pleure la mort au 7ème siècle du petit-fils du prophète Mahomet, Hussein, l’un des saints les plus aimés de l’islam chiite.
Pour les chiites, le souvenir d’Hussein est un événement émouvant qui voit de nombreux croyants pleurer sa mort lors de la bataille de Kerbala dans l’actuel Irak. Au cours des processions d’Achoura, qui se déroulent à travers le monde, de nombreux participants se sont battus le dos avec des chaînes, se flagellant dans une expression symbolique de regret de ne pas avoir pu aider Hussein avant son martyre.
Les chiites sont une minorité dans le Pakistan à prédominance musulmane sunnite, où les musulmans sunnites extrémistes les considèrent comme des apostats méritant la mort.

Bouton retour en haut de la page